lundi 26 septembre 2016

Pour le plaisir.


































Soyons-Suave est heureux de vous offrir de très jolis boutons. 

Le Quizz de Vincent.















Mais quelle surprise de découvrir que cette capture était "google image safe" quand nous pensions qu'elle serait déjà répertoriée sur environ 10 000 sites. Profitons-en et posons-nous les bonnes questions. 

Qui aime la voltige et avoir les jambes à l'air ? Et qui pourrait difficilement vivre sans sa poursuite ? Une idée ? Une réponse, déjà ? Alors on n'hésite pas. Indices mercredi en cas de panne, un nom par proposition, sans mitrailler et évidemment, Vincent est hors concours. A vos cellules grises.  

17 fois Cécile Cassard ?








































Non, 17 fois Cécile Cassard, ce serait trop. Contentons-nous de sept fois une couverture de Paris Match sur laquelle Isabelle Adjani nous donne de ses nouvelles, ce sera déjà hautement satisfaisant. 


Il aurait été suave qu'on pense à m'inviter !



















Nous dirions même mieux : il eut été suave que l'on pensât à nous inviter ! 

Et maintenant dansons !



On ne prête jamais assez d'attention aux faces B. Et il n'est pas faux qu'en ce moment, les couleurs du ciel changent à vive allure. 

Pendant ce temps, à Hollywood...


































Arlene est épuisée...

La fin du Quizz de Lady Cancan.



































Non, suaves visiteurs, ce n'était pas Nancy Reagan (mais presque) et ce n'était pas non plus une robe de chambre (mais presque). Notre inconnue était bien Claudette Colbert dans l’inénarrable mini-série "The two Mrs Grensvilles" qui en 1987, fut la dernière apparition devant une caméra de la star née à St Mandé et lui permit de remporter son dernier Golden Globe. 

Nous expliquions lundi dernier que cette énigme était en fait une expérience puisque lors du précédent Quizz dont elle était la vedette en 2014, Claudette avait été démasquée par Didier qui ajoutait alors que sa coiffure la trahissait, inchangée depuis 1934. Nous voulions donc vérifier que cela était vrai. C'était sans compter la perspicacité de Vincent, qui voit cette semaine son nom en noir sur gris sur nos pages et qui vient d'ajouter un détail supplémentaire : un dos légèrement voûté reconnaissable entre mille. Vincent bravo, vous avez triomphé sans cheveux. C'est fort ! 




















Triomphe à la télévision lors de sa diffusion sur NBC, "The two Mrs Grenvilles" est l'adaptation en 2x1h35 du roman de Dominick Dunne qui en 1985, lui permit pour la première fois de vendre beaucoup de livres. 

Producteur de cinéma un peu hasardeux (voir ci-dessous) puis journaliste pour Vanity Fair, Dominick Dunne trouvait avec "The two Mrs Grenvilles" la formule qui allait faire son succès : un savant mélange de scandales sexuels dans les hautes sphères de la société américaine et d'analyse minutieuse du système judiciaire. 























Tout le monde ou presque sait, notamment depuis "American Crime Story" dont il est l'un des personnages principaux, que Dominick Dunne fut LE correspondant principal durant le procès OJ Simpson mais il en suivit jusqu'à sa retraite en 2008 des dizaines, qu'il relatait exclusivement pour Vanity Fair, donnant parfois lieu à des romans à clefs qui ne trompaient personne. 

Le seul procès dont il ne tira finalement aucun livre fut le premier qu'il suivit pour le magazine, celui du meurtrier de sa propre fille Dominique, assassinée après le tournage de "Poltergeist" (elle y joue la fille aînée de la famille) et premier membre du casting du film à décéder de façon brutale. L'article fleuve qu'il en tira fit de lui une star de la chronique judiciaire et du journalisme tout court. 



































Mais revenons à Claudette, tout de même, et à ce dernier rôle qu'elle accepta pour de mystérieuses raisons, mystérieuses tout simplement parce que nous n'avons pas trouvé d'explications claires sur pourquoi elle accepta ce téléfilm, alors que depuis 1961, on ne la voyait plus que sur les planches dans des comédies légères, généralement bien entourée de Rex Harrison, Jean-Pierre Aumont ou Charles Boyer. 

Ce fut en tout cas une excellente idée puisqu'elle y est pour son chant du cygne, parfaite, la même physiquement que 30 ans auparavant, toujours filmée sous son profil gauche et l'encolure travaillée, puisque, c'était dans ses contrats depuis les années 30, on ne devait jamais voir son profil droit surnommé dans le milieu "la face cachée de la lune" et elle dessinait elle-même le haut de ses costumes afin de dissimuler un cou qu'elle jugeait trop court. Ce qui nous amène de façon brutale à vous parler d'Ariana Grande.


































Pour tous nos suaves visiteurs qui auraient plus de 9 ans ou n'auraient pas dans leur entourage proche d'enfants de moins 9 ans, Ariana Grande est une actrice chanteuse de 23 ans, révélée par une série de la chaîne Nickelodeon, rivale de Disney dans le lucratif business du lancement d'idoles pour pré-adolescentes. 

Ariana est toute petite mais bien proportionnée, elle possède suffisamment d'octaves pour être fréquemment comparée à Mariah Carey et maîtrise à la perfection le traçage de l'oeil de biche et le façonnage de choucroute d'inspiration BB. Tout en ayant 23 ans, elle peut facilement en paraître 14, ce qui lui a aussi ouvert le marché des messieurs sous castration chimique. Encore un ou deux ans et si normalement tout se passe bien, elle domine le monde. 



































Comme nous avons déjà eu l'occasion de partager ici-même certaines de ses vidéos, ne cachons pas que nous aimons plutôt Ariana, comme on peut aimer un cartoon ou du bien bel ouvrage cependant industriel. Cela ne nous fâche pas non plus de lire occasionnellement qu'elle est une diva épouvantable, exigeant qu'on la porte parce qu'elle n'aime pas marcher dans de trop longs couloirs et surtout qu'elle interdit à quiconque de la filmer ou la photographier... sous son profil droit ! 

Aha ah ! Quelqu'un aurait donc retenu la leçon de la grande Claudette ? Calmons-nous cependant puisqu'elle est loin d'être la seule et souvenons-nous qu'il y a peu, Barbra acceptait de participer à l'émission d'Oprah à la condition qu'elle change de place avec elle, ce que la présentatrice fit, se présentant sous son profil droit pour la première fois de sa longue carrière. 

Un Quizz naît parfois d'une raison stupide. Et avouons que si Claudette s'est imposée la semaine dernière, c'est uniquement parce que nous sommes tombés sur ceci : 



Suaves visiteurs, vous venez de regarder le nouveau single d'Ariana. Jusqu'à 2m20 elle est essentiellement filmée sous son profil gauche. Et soudain : le profil droit. Parce qu'à ses côtés se trouve Nicki Minaj.

N'imaginons même pas les heures de discussions pour régler la position de chacune des deux demoiselles ni par quel miracle Nicki remporta la bonne place, alors qu'il est clair qu'elle ne possède pas vraiment de profil mais une silhouette. Et soyons certains qu'une telle chose ne serait jamais arrivée avec Claudette. Qui fit elle-aussi de la bicyclette. Juste un peu plus habillée.


Le String de la semaine.

Contrairement aux idées reçues, on peut être suave en string. Chaque lundi, la preuve en image. 


































Et cette semaine, notre mai le String débute un ambitieux projet : rejouer tout AC/DC à la lyre. 

Le Brushing du jour.


































Parce qu'on n'a jamais assez de hauteur, de laque et d'anglaises, revisitons les plus suaves créations capillaires. Et pour cette sept cent quarante sixième édition, Robert Redford présente le modèle intitulé "Le Golden boy". 

C'est lundi !


































Mais avant toute chose : saluons un basset hound !

vendredi 23 septembre 2016

Pour le plaisir.














Et pour finir, Soyons-Suave est heureux de vous faire part d'une annonce de la plus haute importance. 

Connaissez-vous Jean-Michel ?

Impossible d'envisager une fin de semaine sans notre cher ami Jean-Michel, qu chaque vendredi, partage avec nous, et le monde, les plus suaves clichés de son album photos. 


































Jean-Michel, 32 ans, redécouvre le charme irrésistible du mobile...

Et maintenant dansons !



Et supposons que l'étude approfondie de cette vidéo est obligatoire pour l'obtention de sa carte professionnelle de réalisateur/monteur. 

Soyons Peplum !


































Célébrons la toge, la tunique et même la serviette nouée !

La question suave du jour : que penser des cravates de Fred MacMurray ?


































Au cours des presque 50 années que dura sa carrière, qui débuta très modestement en 1929 pour prendre fin en 1978, le sympathique Fred MacMurray, un temps l'acteur le mieux payé d'Hollywood, offrit au monde un festival de soies savamment nouées et parfois de matières synthétiques mais toujours parfaitement arrangées. 

Oui, Fred MacMurray, l'amant transi de Barbara Stanwyck dans "Assurance sur la mort" et le patron volage de Jack Lemmon dans "La Garçonnière" fut ni plus ni moins que l'ambassadeur de la cravate à l'écran. Il aurait vécu au XVIIe qu'il aurait incontestablement été Monsieur Jabot. Etant résolument du XXe siècle, la cravate s'imposait. 




















































Comme la plus simple élégance l'exige, Fred opta le plus souvent pour une cravate rayée, parfois discrètement, parfois de manière plus tranchée, mais toujours de bon goût. 

Est-ce à dire qu'il était incapable de fantaisie ? Bien sûr que non. Fred n'hésita pas à alterner motifs et imprimés, avec une nette préférence pour les petites touches allant du point au gentil carré. 




































Et parfois même, il disait "Flûte" et affichait un motif cachemire, voire même avant-gardiste, en rebelle qu'il était malgré les apparences et sa longue carrière chez Disney. 






































































IL n'y a donc rien à penser des cravates de Fred MacMurray si ce n'est qu'elles étaient parfaites. 

Fred MacMurray étant lui-même parfait sans. Un homme suave, définitivement.